THEATRE  |  logo jeune

NATANAEL

ou "j'adore les carottes
c'est ce que je préfère dans les petits pois"

de Diego Sinibaldi | Opéra Pagaï | Sophie Cathelot et Sébastien Génebès

« Le grand maître lui dit : « tu vois ce sabre chinois, c'est le sabre hystérique du temple. On dit que seul l'apprenti du maître, qui veut dire que le maître c'est moi, et que quand si tu seras l'apprenti, ça sera toi qui l'auras ! »

L’Opéra Pagaï pousse un peu plus loin son registre «jeune public» déjà exploré dans Les Excuses de Victor ou le concert rock des marionnettes de High Dolls, en imaginant une pièce sortie tout droit de l’imagination d’un enfant de 9 ans. Car oui, le texte de Natanaël a été «raconté» par Diego Sinibaldi, petit garçon à l’imagination débridée. Certes, la bande des Pagai l’a couché sur le papier, mais en prenant soin de ne ps dénaturer les rebondissements abracadrants, le vocabulaire et les expressions. Natanaël possède ainsi cette évidence des histoires qu’on s’invente avant que le monde des adultes nous rattrape et que le formatage scolaire lisse la langue. Ici la pièce s’autorise à une poésie spontanée, des mots gourmands, une fantaisie parfois plus profonde qu’il n’y parait. Et même des erreurs syntaxiques dont on se régale. Exemple : « Natanaël était un peu tout truc parce que, en fait, on dirait qu'il devient ennemi des deux côtés ! Alors il part, il s'enfuit, il s'enfuit.» Sur le petit plateau, tout se pare de la même simplicité : les effets se bricolent à vue et les comédiennes portent ce petit bonhomme aux grands yeux avec délicatesse et drôlerie.
Avec la même malice qui les anime lors de leurs grands détournements ou leur pièces in situ qui jouent de la frontière ténue entre la fiction et le documentaire, les Pagaï touchent tout aussi juste avec les enfants.


Opéra Pagaï

Opéra Pagaï est un collectif de comédiens à géométrie variable (de 8 à 50 personnes selon les projets). Depuis la création de la compagnie en 1999 à Bordeaux, ils ont pris l’espace public comme champ d’investigation principal et ont choisi de s’affranchir des habituels formats de lieux et de représentation. Cyril Jaubert, directeur artistique d’Opéra Pagaï, aime « jouer de l’ambiguïté entre le vrai et le faux, chercher la proximité avec le public ou la population, étudier la ville et ses singularités, son patrimoine humain, habiter l’espace public, interroger l’anodin et le quotidien.» Leurs entreprises de grand détournement (Les Sans balcons, la Maison sur l’eau...) ont fait leur réputation autant que leurs créations in situ à très large échelle (Safari Intime, Far Ouest, Cinérama ou 80% de réussite).
 


  • logoIDDAC 2017           

  • dates

    Mercredi 5 Décembre à 14h30
    Vendredi 7 Décembre à 19h30

    5 représentations scolaires
    (nous contacter)

  • Durée

    1h | Tout Public

  • Distribution

    Texte : Diego SINIBALDI
    Adaptation, mise en scène :
    Sophie CATHELOT et Sébastien GENEBES
    Jeu: Cécile AUBAGUE et Elodie HAMAIN
    Musique, création sonore, mixage:
    Benoît CHESNEL
    Fabrication marionnettes, théâtre d'objet:
    Sophie CATHELOT, Sebastien GENEBES et Elodie HAMAIN
    Création lumière, régie:
    Raphaël DROIN

  • Mentions

    IDDAC - Institut Départemental de Développement Artistique et Culturel - Agence Culturelle de la Gironde, Carré - Colonnes, scène conventionnée cosmopolitaine, Le Théâtre d’Angoulême, scène nationale, Théâtre d’Agen, scène conventionnée