PERFORMANCES 

TRENTE TRENTE

Rencontres de la forme courte

Jean-Luc Terrade | Cie Les marches de l'été

Cette saison, à nouveau, nous sommes heureux d'accueillir le Trente Trente, cet événement singulier et audacieux qui durant le temps d'un weekend, investit tous les espaces du Glob pour nous proposer de nous immerger au cœur des vibrations qui animent les artistes.
Performances, danse, théâtre, musique... une grande diversité des champs artistiques pour nous permettre de découvrir des univers riches, atypiques et décalés.

Avec cette année :

DOGS
JULIEN HERRAULT

SAMEDI 26 | 14h30 et 19h

« J’ai à peine dix ans, je suis dans la voiture de mon enfance, ma mère est au volant, nous roulons dans le quartier des Sablons au Mans. La circulation est très ralentie, j’aperçois au loin une foule de gens. Après plusieurs minutes, nous arrivons au centre névralgique de cet embouteillage. Nous roulons au pas, ma mère me demande de ne pas regarder alors je regarde, discrètement. J’entrevois au milieu de cette foule de gens, en bas d’un immeuble de plusieurs étages et au milieu de la rue, un corps inanimé. Rapidement, je lève les yeux jusqu’en haut de l’immeuble, puis je les baisse et regarde ce corps une dernière fois. Sa tête, recouverte d’un tissu blanc, baigne dans une mare de sang.» Julien Herrault interroge avec DOGS cette image stockée dans son subconscient depuis plus de vingt ans, son appropriation et sa violence. 

Julien Herrault est artiste plasticien et performeur. Son travail s’intéresse aux mécanismes de construction d’images scéniques en temps réel liées à la mémoire et aux thèmes de l’impermanence, de l’amour, de la perte, de l’enfance et de la mort. Formé notamment au Centre National de Danse Contemporaine d’Angers dirigé par Emmanuelle Huynh, il collabore en 2008 avec Xavier Déranlot au sein de Fanadeep et présente leurs travaux dans plusieurs festivals (NEXT, Artdanthé, Jerk off) et galeries (Paris, Berlin, Poznan). En 2015 il lance un projet de trilogie sur le dévoilement de soi et la matérialisation de l’intime qui appelle différents médiums - dessin, peinture, sculpture, vidéo et performance - dont le premier opus est Will I See You Again, présenté au festival Le cabaret des Curiosités - Le Phénix scène nationale de Valenciennes en 2017. Il travaille actuellement sur le second Les amants.

Performance / installation
2018
France
40 minutes


Conception et réalisation : Julien Herrault, assisté de Muriel Bourdeau
Performeurs : Marcos Arriola et Julien Herrault
Vidéo : Muriel Bourdeau et Julien Herrault
Musique : Come Into The Garden (Nick Drake) - They’re Leaving Me Behind (Nick Drake) – Time Piece (Nick Drake)

Coproduction Festival Artdanthé / Théâtre de Vanves - Scène conventionnée pour la danse et l’association CRÂNE
Soutiens La Ménagerie de Verre - Paris (Studiolab), le Centre Dramatique National de Rouen, le Centre Chorégraphique National de Roubaix - Olivier Dubois, L’Espace Pasolini Valenciennes
Julien Herrault est un artiste soutenu par le Pôle Européen de Création, Le Phénix Scène Nationale de Valenciennes

Crédit photo : Aurore Bagarry


FARCI.E
SOROUR DARABI

VENDREDI 25 |  19h30
SAMEDI 26 | 20h15

C’est quoi un discours sur la question de l’identité et du genre quand il est formulé dans une langue qui assigne un genre aux mots eux-mêmes ? Dans la langue maternelle de Sorour Darabi, le Farsi, il n’y a pas de genre. Ni les objets, ni les idées n’ont un sexe. En français, un objet qu’on n’arrive pas à nommer, on l’appelle une chose. Un corps qu'on arrive pas à genrer est-il une chose ? Une chose, c'est féminin. Toutes les choses sont-elles féminines ? Mais "féminin", c'est "masculin"...

Sorour Darabi est un-une artiste autodidacte iranien.ne basé.e à Paris. Très actif.ve en Iran, il-elle fait partie de l'association souterraine ICCD dont le festival Untimely (Téhéran) a accueilli ses travaux avant son départ pour la France. Durant ses études au CCN de Montpellier il-elle crée le solo Subjetc to Change, une performance qui interroge la transformation à travers le temps et la cohabitation avec l’environnement. En 2016, il-elle crée Farci.e au festival Montpellier danse. Sa nouvelle pièce, Savušun, créé en juin 2018 au festival Montpelier danse, s'inspire des cérémonies de deuil de Muharram et aborde la question des émotions. Sorour Darabi a été par ailleurs interprète pour Jule Flierl et Pauline Brun.

Performance
2016
Iran/France
40 minutes


Conception, chorégraphie et interprétation : Sorour Darabi
Création lumière : Yannick Fouassier
Régisseur lumière  : Jean-Marc Ségalen 
Regard extérieur : Mathieu Bouvier

Production déléguée : MÉTÉORES 
Coproduction : Festival Montpellier Danse, ICI-CCN de Montpellier Occitanie Midi-Pyrénées avec le soutien de CN D Pantin dans le cadre d’une résidence, Honolulu-Nantes et le Théâtre de Vanves 
Remerciements : Loïc Touzé, Raïssa Kim, Florence Diry, Pauline Brun, Jule Flierl, Clair.e Olivetti, Zar Amir Ebrahimi, Sandrine Barrasso, Charlotte Giteau

Crédit photo : Mehrdad Motejalli


EXTRAITS DE PRESSE

"Jamais de trop, son jeu est solide, juste, va droit au but, se répète, va et vient toujours dans le silence du plateau nu. On en sort intrigué mais convaincu qu’un vrai sujet, approfondi, décortiqué, malaxé, mâché, vaut mieux qu’un catalogue de savoir faire!" Geneviève Charras - Blospot, Le 20 juillet 2016

"Les papiers de la conférence pressentie se rebiffent, collent, se déchirent, tombent, tandis que son corps est habité de formes de longs hoquets, distorsions des masses, contorsions subtiles sur chaise et contre table, peuplant tout d'une singulière étrangeté."Gérard Mayen - Danser canal historique 2 juillet 2016


 

HYBRIDATION II
OLIVIER DE SAGAZAN

SAMEDI | 21H30

Plongée dans un laboratoire fantastique. Cette transfiguration en duo redonne la parole aux mains, au hasard et tente de mettre à nu le processus de création. Tour à tour marionnettes et marionnettistes, deux personnes s'ensevelissent dans de l'argile jusqu'à devenir des sculptures vivantes, sorte de mutants dont les corps se transforment à l'infini. Une expérience visuelle questionnant l'identité plus que jamais aujourd’hui en évolution et en confusion avec ses propres repères.

Olivier de Sagazan est un peintre, sculpteur et interprète. Dans les années 80, il étudie et enseigne la biologie et débute un travail de recherche autour des arts visuels. Il s'est produit depuis les années 1995 dans une vingtaine de pays - plus de 100 représentations aux États-Unis, en Chine, en Inde et en Europe. Reconnu notamment pour la série performative existentielle Transfiguration, on le retrouve aussi bien sur scène qu'au cinéma – dans des films de Ron Frick, Nick Knight, Bartoz Konopka, Mario Sorrenti, ou des clips avec Mylène Farmer, FKA Twigs...
Olivier de Sagazan a été accueilli à Trente Trente avec Transfiguration en 2011 et Lenfermoi en 2012. olivierdesagazan.com

Performance
2016
France
40 minutes


Metteur en scène et performer : Olivier de Sagazan
Performers : Olivier de Sagazan, Stéphanie Sant

Crédit photo : Didier Carluccio


EXTRAIT DE PRESSE

"Difficile de rendre compte par des mots de cette représentation inclassable à la frontière entre le « body painting », la transe, la transformation physique. Une chose est sûre : le public ne ressort pas indemne de ces quarante minutes passées à voir le visage et le corps d’Olivier de Sagazan se métamorphoser peu à peu en une créature grotesque, à mi-chemin entre l’animal, le monstre, l’alien, et quel que soit le sentiment que l’on éprouve face à cette œuvre indéfinissable (malaise, rejet, dégoût, admiration, stupéfaction, etc.), on ne peut s’empêcher de réfléchir à ce que cette transformation radicale d’un être vivant en une chose innommable, inqualifiable implique au niveau de la notion même d’humanité.Cristina Marino Journaliste au Monde, 1 mai 2017

 

Un grignotage sera prévu sur place.


  • logoIDDAC 2017

  • dates

    les 25 et 26 janvier