THEATRE  |  logo crea

CE QUE NOUS FERONS

Cie Du chien dans les dents | Ecriture collective

« Si Jeanne d'arc elle avait eu un bébé, est-ce qu'elle aurait pu faire tout ce qu'elle a fait Jeanne d'arc avec un bébé ?« Si Jeanne d'arc elle avait eu un bébé, est-ce qu'elle aurait pu faire tout ce qu'elle a fait Jeanne d'arc avec un bébé ?Comment tu peux casser les autoroutes avec un bébé ?Le bébé tu le mets où ?Ah oui ça c'est intéressant,Tu le mets où le bébé ? »

La sortie de résidence de Ce que nous ferons, dans notre studio à l’hiver dernier, a pu donner un aperçu de ce qui se tramait dans cette nouvelle création : dégringolades de mots, monologues intimes qui débordent sur le collectif, sens de l’absurde qui a l’éclat de ce qui vit, éructe, explose. Et questionnements sur ce futur si angoissant, histoire de se « réapproprier des lendemains qui nous semblent parfois confisquées ».
Le collectif bordelais Du Chien dans les dents, soit Bergamote Claus, Thomas Groulade, Anaïs Virlouvet, aime l’écriture collective au plateau. Avec eux, la parole jaillit des situations, le texte, par effet de ricochet, les emmène souvent plus loin que prévu, et leurs acteurs tout-terrains sont capables d’engager leur corps, pousser la chansonnette ou passer derrière un synthé. La bande réunie-là est la même que dans État Sauvage, cette échappée de groupe, aussi chaotique que merveilleuse : soit les trois piliers, Laetitia Andrieu et Brice Lagenèbre, et le créateur son, Thomas Sillard qui amène ici une matière sonore plus prégnante et le créateur lumière, Denis Louis. En parallèle de cette partition collective, ils ont aussi arpenté les gares entre Bergerac et Bordeaux, interrogé des habitants sur leur avenir, monté des projets utopiques dans des jardins, imaginé un drôle de voyage à Villeréal. Bref, ils aiment sortir du studio, et multiplier les formes vers ce futur tendu, mais pas bouché. Place, donc, à un théâtre qui ne renonce pas et cherche un moyen « de regarder le monde qui nous entoure et en témoigner, sans être écrasés par notre sentiment d’impuissance ».

Du chien dans les dents

Bergamote Claus, Thomas Groulade et Anaïs Virlouvet se sont connus à l’université de Bordeaux 3, dans le master de mise en scène et scénographie, avant de monter, en 2012, la compagnie Du Chien dans les dents. Ils y interrogent la notion de collectif, à la fois dans la manière de créer des spectacles dans une écriture au plateau collective, et dans la gestion des projets de la compagnie. Leur écriture se nourrit toujours de l’intime et procède plus de l’intuition et du sensible que du concept ou du discours.
Depuis 2017, ils ont entamé un partenariat avec Le Melkior Théâtre/ la Gare Mondiale à Bergerac, qui les soutient sur leur création Ce que nous ferons. Depuis 2012 ils animent aussi des laboratoires de recherche et de création à destination d’adultes amateurs.

  • logoIDDAC 2017        OARA CMJN 01

  • dates

    Mercredi 12 Décembre à 20h
    Jeudi 13 Décembre à 20h
    Vendredi 14 Décembre à 20h
    Mardi 18 Décembre à 20h
    Mercredi 19 Décembre à 20h
    Jeudi 20 Décembre à 20h

  • Durée

    1h20 | Tout Public

  • Distribution

    Ecriture collective:
    Bergamote CLAUS
    Thomas GROULADE
    Brice LAGENEBRE
    Anaïs VIRLOUVET
    Laetitia ANDRIEU
    Création lumière:
    Denis LOUIS
    Création sonore:
    Thomas SILLARD
     
  • Mentions

    Coproduction : Le Melkior Théâtre/La Gare Mondiale, Chahuts et La Manufacture-Centre de Développement Chorégraphique National Bordeaux-Nouvelle Aquitaine, la DRAC Nouvelle Aquitaine, l'OARA (Office Artistique de la Région Nouvelle Aquitaine), l'IDDAC (Institut Départemental de Développement Artistique et Culturel), l'Agence Culturelle Dordogne-Périgord, Créa-Fonds

    Avec le soutien de : Le TNBA Théâtre National de Bordeaux, Le Glob Théâtre, La Centrifugeuse - service culturel de l’UPPA , Le Théâtre des Chimères, La Région Nouvelle Aquitaine, La Ville de Rennes, Le service culturelle de la Ville de Floirac, La CAB Communauté d'Agglomération Bergeracoise

    Remerciements : Le Théâtre de Poche (Hédé Bazouges)